Archives de catégorie : OM

OM – Bordeaux dimanche 21 h un peu d’histoire

L’OM précède les Girondins de 5 points au classement
Il ne reste plus qu’à enchaîner au Stade Vélodrome une sixième victoire consécutive
Mais pas si simple que ça!


Retour sur l’histoire
OM – Bordeaux, les souvenirs remontent à la mémoire, c’est l’occasion de revenir sur l’histoire, où durant plus de 75 ans, il s’en est passé des choses.
Les Girondins ne furent pas des acteurs majeurs au début du Championnat professionnel d’avant-guerre, et commencèrent à faire parler d’eux durant l’occupation.
Pourtant, 6 titres de Champion et 3 Coupes de France sont au palmarès des Bordelais alors que 9 titres (plus ceux de 29 et 93), deux Coupes de la Ligue et 10 Coupes de France ornent celui de l’OM.

Malgré tout, l’opposition directe lors de ces trophées entre les deux clubs eurent lieu globalement neuf fois. Ce qui n’est déjà pas si mal.

En Coupe de France, quatre finales (1943, 1969, 1986, 1987), une en Coupe de la Ligue (2010), et il y eut quatre championnats particulièrement chauds (1987, 1990, 1999, 2009).

Parlons de la Coupe de France tout d’abord.
La première finale eut lieu au Parc des Princes durant l’occupation et fut rejouée deux fois. Elle donna lieu à un petit scandale : la première édition se termine par un match nul (2-2), mais manque de ne pas être rejouée, un Girondin, Nemeur, étant l’objet d’une réclamation de la part de Marseille. L’OM a match gagné sur le tapis vert mais le Colonel Pascot (Ministre des sports de Vichy) décide de lui même qu’on ne peut gagner sur le tapis vert (dans une sens, il a raison) et oblige les deux équipes à rejouer .

 

Cela donne à l’OM l’occasion de remporter une belle victoire 4-0 avec l’équipe suivante : Delachet-Patrone, Bastien, Gonzales-Venazziano, Olej-G. Dard, Scotti, Aznar, Robin, Pironti composée de jeunes joueurs qu’on appellera les minots.
Une deuxième finale a lieu en 1969 et voit une nouvelle victoire Olympienne par 2 buts à 0 acquise dans les dix dernières minutes par Novi et Joseph. C’est le premier grand succès de Marcel Leclerc qui se jettera dans le vieux-port pour fêter ça.

Mais Bordeaux se venge à l’arrivée de Bernard Tapie en 1986, qui rêve de déboulonner les Bordelais et surtout le Président Bez de leur piédestal. Ce sera pour plus tard car les Girondins remportent deux succès consécutifs (2 à 1 avec un but de Giresse à la 117eme minute, et 2 à 0 en 1987) avec un doublé au bout pour le deuxième épisode.
En 1986, détail amusant, alors que l’OM pas du tout favori mène 1 à 0, Tigana, le traître Marseillais égalise d’un superbe tir. Alors que les Bordelais scandent son nom, les supporters Olympiens rythment le nom de Tigana du joli mot Coluchien « Enfoiré » (pour rester poli). Cela va durer au moins 5 minutes. Mais le bon Jeannot viendra finir sa carrière à l’OM en 1989, lui l’enfant des Caillols.

1987 marquera la première opposition pour le titre entre les deux clubs puisque l’OM sera coiffé par son rival dans les quatre dernières journées.

Avec la Coupe en prime.
Tapie est opiniâtre, et l’OM déjà champion en 1989, battra le Bordeaux de Goethals (tiens tiens, ça va donner des idées à Nanard) sur le fil en 1990 avec deux points d’avance et un succès 2 à 0 acquis par deux buts de Waddle à Joseph-Antoine Bell. Claude Bez rendra les armes la saison suivante et les Girondins seront rétrogradés en D2 par la DNCG, pour remonter immédiatement avec une nouvelle équipe dirigeante.
Cela ne portera pas bonheur à l’OM qui sera ensuite battu sur le fil en 1999 avec Rolland Courbis à sa tête. Les circonstances du dernier match sont un peu troubles. Le PSG qui reçoit Bordeaux est bien passif, et quand Adailton marque le but égalisateur à un quart d’heure de la fin qui donne le titre à l’OM (qui mène 1 à 0 à Nantes), aucun joueur Parisien ne va le féliciter alors que Simone est monté au grillage avec tous ses coéquipiers trois semaines avant quand il a marqué le but vainqueur face à l’OM. La défense Parisienne est bien passive quand Feidouno marque le but du titre à la dernière minute malgré un grand Bernard Lama (il ne devait pas savoir).
Les Girondins n’y étaient pas pour grand chose, seule l’absurde rivalité Paris/Marseille a joué dans les têtes. On ne va pas polémiquer, d’autant que les Bordelais étaient remarquables cette année-là avec un quatuor Micoud Benarbia Wiltord Laslandes de très haut niveau. Mais les images parlent d’elles même.

Laurent Blanc qui jouait à l’OM à ce moment là et Coach Courbis en ont encore des boutons.

En 2009, Yoann Gourcuff et Bordeaux vont réaliser une fin de parcours extraordinaire, comme d’ailleurs l’OM de Erik Gerets qui craquera malheureusement contre Lyon à domicile, laissant le titre aux Girondins.

Il y a neuf ans, l’OM de Deschamps remonta un handicap de 11 points pour être champion tout en remportant la finale de la Coupe de la Ligue face aux Girondins de Laurent Blanc qui s’écroulèrent en cette fin de saison.

OM – Brest vendredi 20h45 un peu d’Histoire

OM – Brest, revivez l’histoire

 

Le Stade brestois a été fondé en 1950 à la suite de la fusion de cinq patronages locaux, dont l’Armoricaine de Brest.
Le club fait partie des meilleures équipes du CFA (championnat de France amateur), troisième échelon du football français dans les années 50.
Il intègre la deuxième division en 1970, puis découvre enfin la première division en 1979.
Son premier match se jouera au Vélodrome et l’OM l’emporte 3 – 0…mais descendra avec Brest en deuxième division à la fin de la saison.


Il connaît son apogée sportif entre 1981 et 1991, sous la présidence de François Yvinec, en disputant neuf saisons dans l’élite en dix ans.
En 1991, le club est rétrogradé avant de déposer le bilan quelques mois plus tard.Le club ne retrouve la deuxième division qu’en 2004 et la Ligue 1 en 2010.A la suite de la saison 2018-2019, le club est promu en Ligue 1 pour la première fois depuis 2010 en finissant vice-champion, juste derrière le Football Club de Metz.
L’OM bat Brest 3 – 1 en 1990 mais Canto va se blesser gravement
Éric était alors « au sommet de son art»Cet après-midi-là, Cantona avait ouvert la marque d’un coup de tête sous les yeux d’un Beckenbauer rayonnant qui, enfin, assistait à un match digne de la réputation de son équipe.

 

Mais, juste avant la mi-temps, le milieu camerounais Racine Kane asséna un violent tacle par-derrière qui laissa Éric sur la pelouse, tordu de douleur.

Rupture des ligaments croisés du genou droit.

L’aventure Marseillaise d’Eric allait en prendre un coup, l’OM jouant quand même la finale de la Coupe d’Europe contre l’étoile rouge de Belgrade.

Il deviendra plus tard le King de Manchester, il aurait pu être le roi de l’OM.

Lire Les Cantona, Histoire de Rendez-vous manqués

Il y a exactement 34 ans, le 29 novembre 1985, l’OM bat Brest 3 – 0 au Vélodrome

Antoine Martinez marque deux buts.

Né en Espagne mais naturalisé français, Antoine Martinez fait ses débuts professionnels en France à l’AS Béziers, club de D2, de 1977, à 18 ans.

Après quatre saisons, il est recruté par les Girondins de Bordeaux avec lequel il remporte deux fois le championnat de France, en 1984 et 1985.

Il arrive à l’OM en 1985 et perd la finale de la Coupe de France contre les Girondins après avoir provoqué pourtant l’ouverture du score en obtenant un penalty transformé par Diallo.
Il rejoint l’AS Cannes deux ans après , et y reste jusqu’en 1990 et finit sa carrière à Istres

Champion de France en 1984 et 1985 avec les Girondins de Bordeaux
Finaliste de la Coupe de France en 1986 avec l’Olympique de Marseille

OM 120 ans Hors Série La Provence

L’OM est à jamais le premier club français victorieux d’une coupe d’Europe.


Mais l’OM a été aussi le premier club de province à remporter la coupe de France et à en gagner dix, le premier à la recevoir des mains du Président de la République, le premier invité à l’Assemblée Nationale, le seul à voir son buteur gagner le Soulier d’or, son capitaine élu Ballon d’Or, le premier à recruter deux champions du monde, à disputer cinq finales européennes.
En créant l’OM en décembre 1899 (naissance officialisée en janvier 1900), René Dufaure de Montmirail ne se doutait pas que La Provence sortirait un hors-série de 144 pages pour célébrer ses 120 ans.

Procurez vous le hors-série 120 ans d’OM ici

Début et fin du reportage Bein Sport, il était une fois l’OM
(Réalisation Bilal Bouazzouni Bein Sport tout droit réservé)

Il était une fois l’OM

Les Chroniques Olympiennes racontent l’histoire de l’OM à travers un regard décalé, à travers la ville de Marseille tellement exubérante, à travers le temps qui passe pour un OM toujours là.

Début et fin du reportage Bein Sport, il était une fois l’OM
(Réalisation Bilal Bouazzouni Bein Sport tout droit réservé)

Toutes les Chroniques ici